2.8 bourse_250x250_décembre



2.14 bourse_728x90_décembre


Grafaction

ne zone du site met à votre disposition une base de signaux graphiques reposant sur l’exploitation claire et précise de seuils d’intervention sur les titres du SBF120, réactualisés chaque semaine le dimanche en fin de journée. Ne sont mises à jour que les valeurs ayant déclenché un signal ou faisant l’objet d’une actualité particulière, et bien sûr celles détenues en portefeuille.

Les signaux d’intervention sont gérés ici sur une base hebdomadaire. En effet, le cours des actions, qui reflète l’opinion majoritaire des investisseurs sur un titre est par nature instable, ce qui entraîne une grande volatilité d’un jour à l’autre. Cette volatilité nuit à la lisibilité des signaux. Au contraire, la clôture de la semaine fait la synthèse de ce que pense le marché, tous les participants ayant eu le temps et la possibilité matérielle d’exécuter leurs décisions dans cet intervalle. Pour cette raison, les signaux hebdomadaires sont bien plus fiables que les signaux quotidiens.

L’identification des seuils d’intervention, à la base de l’analyse graphique, repose sur la détermination de supports et de résistances qui traduisent les diverses tendances suivies par les prix à court terme, à moyen terme, ainsi qu’à long terme, et qui font réagir les cours à la hausse ou à la baisse quand ils sont touchés ou traversés. Les points de contact sont alors utilisés pour prévoir, avec un taux de succès appréciable, l’évolution des cours et naturellement en tirer profit.

La règle d’intervention sur le marché est extrêmement simple : le franchissement en hausse d’une résistance en clôture hebdomadaire propose un signal d’achat. Il ne s’agit, à ce stade de la décision d’investissement, que d’une proposition d’achat, ne conduisant pas encore au déclenchement de l’opération.

Une fois le signal repéré quand et comment intervenir en pratique ? L’opération est déclenchée en utilisant impérativement la technique du cours limite, au moment où, dans les quelques semaines qui suivent le signal, les prix reviennent, sur des prises de bénéfices partielles, toucher la résistance précédemment dépassée (phénomène de pull back selon la terminologie anglo-saxone).

Cette séquence en deux étapes, repérage du signal en clôture hebdomadaire puis attente du pull back, limite considérablement la prise de risque lors d’une entrée en position. En effet, il peut arriver exceptionnellement que le franchissement d’un seuil ne soit qu’un faux signal, suivi d’un retour sous la résistance. Bien sûr, la sortie de position serait déclenchée dans une telle situation. La perte serait alors égale à la différence entre le seuil d’intervention et le seuil de sortie.

Si les opérations sont menées avec toute la rigueur requise, cette différence est peu élevée et la moins-value minime. En revanche, si l’intervention se fait à un prix différent du seuil (plus haut que la résistance franchie), les pertes sont augmentées d’autant et peuvent devenir préjudiciables à notre capital. Les opérations ne sont donc conseillées que pour les prix indiqués, en plaçant des ordres à cours limite après la clôture du marché le vendredi soir et valables durant la semaine qui suit. Autrement, elles ne se réalisent pas et d’autres opportunités, fréquentes en suivant 120 valeurs, seront recherchées.

Une fois entré sur la valeur, la position est conservée jusqu’à ce que les prix atteignent l’objectif, fixé lui aussi par l’analyse graphique : la première résistance que doit rencontrer le titre, et qui est susceptible d’entraver la progression des cours, voire de déclencher un repli. A l’approche du seuil, un ordre à cours limite est placé après la clôture du marché le vendredi soir et reste valable durant la semaine qui suit. Les seuils obliques sont bien sûr réactualisés chaque semaine et les positions suivies scrupuleusement jusqu’à leur dénouement, en toute transparence.

Les positions sont sécurisées par la prise en compte systématique de deux indicateurs de tendance, la moyenne mobile et la force relative qui, pour la première, matérialise la tendance de moyen terme suivie par les cours et, en ce qui concerne la seconde, l’appétit des investisseurs pour le titre en vue parmi l’ensemble des titres composant l’indice. Un titre n’est acheté que si ces indicateurs sont tous deux orientés à la hausse. De cette manière, l’entrée en position ne s’effectue jamais en contre tendance, pratique à proscrire absolument et qui, le cas échéant, peut être extrêmement dangereuse.

Une des principales difficultés de l’investissement boursier est la gestion des moins-values latentes si les prix n’évoluent pas dans le sens anticipé. Ici la plus grande rigueur s’impose à nouveau. Si les prix clôturent la semaine sous un support, la position est immédiatement soldée au prix du marché cette fois(*), y compris la semaine de prise de position, moyennant une moins-value certes, mais avec une maîtrise des risques pris. Si la position est maintenue alors que les moins-values se creusent, la décision de sortie est rendue plus difficile, (« de toute façon, je ne peux plus que conserver à ce prix-là »), occasionnant un nouveau creusement des pertes qui, si l’investisseur est engagé dans un tel processus, n’ont plus de limites. « Et si les prix changent de sens » ? Eh bien la petite moins-value supportée, laissant le capital intact, peut être considérée comme le coût d’assurance contre le risque d’une grosse moins-value. Rien n’empêche d’ailleurs de revenir sur le titre si le seuil est à nouveau dépassé, pour cette fois réaliser des plus-values (cliquez sur la vignette pour voir un exemple de gestion des signaux).

On l’aura compris, GRAfACTION ne propose pas la fortune ou le « secret de la richesse », mais une méthode de travail rigoureuse qui associe pleinement l’utilisateur à la prise de décision au moyen de graphiques lisibles par tout le monde et exhibant des tendances en pourcentage. La méthode présentée ici ne doit pas être vue comme un instrument de spéculation pour « faire des coups en bourse », mais comme un outil de gestion de portefeuille pour des prises de position d’environ six mois, s’appuyant sur la constance des critères de décision dont on a ôté, dans la mesure du possible, toute composante psychologique, traditionnellement néfaste. Sur ce site, seulement l’application de quelques principes emprunts de bon sens, et dont la robustesse a fait ses preuves pour engranger des plus-values.

(*) : en pratique, l’ordre de sortie de position doit être exécuté le vendredi soir à la clôture du marché, ou à la rigueur le lundi matin à l’ouverture si l’investisseur n’a pas la possibilité de passer des ordres le vendredi soir